Avec la guerre en Ukraine et les fermetures massives en Chine qui exacerbent une chaîne d’approvisionnement mondiale déjà fragilisée par la pandémie et la montée en flèche des coûts de transport, les fabricants se sont vus contraints d’adopter de nouvelles approches pour non seulement améliorer leur résilience mais aussi protéger leurs résultats.

Blog Circular Economy

LES PROBLÈMES DE LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT ET L’IMPACT DÉVASTATEUR SUR LES ENTREPRISES

Les effets dérivés importants de la COVID-19 et de la crise ukrainienne ont véritablement mis à mal de nombreux rouages des chaînes d’approvisionnement en matériaux et en produits manufacturés. Mais au-delà des problèmes liés aux opérations commerciales à court terme, ces crises ont catalysé des difficultés économiques majeures pour les entreprises.

Dans son enquête intitulée « The Business Costs of Supply Chain Disruption », The Economist rapporte que 2/3 des personnes interrogées ont subi des pertes de revenus de l’ordre de 6 à 20 % en raison de perturbations de la chaîne d’approvisionnement. De même, le rapport 2021 Annual Global Supply Chain d’Interos révèle que les entreprises perdent en moyenne 184 millions de dollars, encore une fois à cause des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Selon le cabinet d’études McKinsey, si les entreprises ne changent pas leur stratégie de gestion de la chaîne d’approvisionnement, des milliards de bénéfices s’évaporeront. Les experts ont même estimé que les pertes dues aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement représenteront 42 % des bénéfices d’une année avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement sur une décennie. Comme l’indique Conexiom d’après l’évaluation de McKinsey :

Sur une période de 10 ans, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement représentent près de la moitié (45 %) des bénéfices d’une année pour les entreprises. Une perturbation de la production à long terme pourrait coûter aux entreprises 30 à 50 % de l’EBIDTA d’une année. Une perturbation qui ne dure que 30 jours ou moins pourrait correspondre à des pertes de 3 à 5 % de l’EBITDA.

Blog Circular Economy

LA LÉGISLATION ET LA SENSIBILISATION EN MATIÈRE D’ESG : AJOUTER DE LA COMPLEXITÉ AUX CHAÎNES D’APPROVISIONNEMENT

La pandémie et l’incertitude géopolitique ne sont pas les seuls facteurs à avoir un impact sur l’ensemble des chaînes d’approvisionnement.

La pression croissante des parties prenantes ainsi que la législation mondiale et nationale poussent les entreprises à repenser leurs objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG), ce qui entraînera inévitablement des changements dans les achats et leurs stratégies de chaîne d’approvisionnement.

Selon le Circularity Gap Report de la Circle Economy, le monde consomme 100 milliards de tonnes (Gt) de matériaux par an. Et, avec l’économie linéaire actuelle qui consiste à prendre-fabriquer-utiliser-jeter, cela signifie que le monde n’est circulaire qu’à 8,6 %, ce qui se traduit par une énorme lacune en matière de circularité, ainsi que par des conséquences potentiellement dévastatrices pour les générations futures.

Que ce soit en raison de l’Accord de Paris, qui vise à réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale, de la législation nationale, telle que la politique de l’UE en matière de produits durables ou même des investisseurs exigeant une meilleure conformité en matière d’ESG, les entreprises ont commencé à élaborer de nouvelles stratégies, voire à transformer complètement leurs activités, pour éviter de contribuer au changement climatique et aux problèmes sociétaux. En effet, la circularité, dans de nombreux cas, est devenue une priorité pour les cadres dirigeants.

Ce qui est particulièrement intéressant, c’est la façon dont les cadres dirigeants et les experts du secteur imaginent maintenant comment les économies circulaires peuvent aider les entreprises à résoudre de nombreux problèmes de chaîne d’approvisionnement, ouvrant ainsi un tout nouveau terrain pour un approvisionnement plus durable et une réduction des déchets et des émissions de gaz à effet de serre, le tout sans compromettre la rentabilité.

Blog Circular Economy

INITIATIVES D’ÉCONOMIE CIRCULAIRE : UNE CLÉ POUR RENFORCER LA RÉSILIENCE DE LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT

Vous vous souvenez de la statistique de 8,6 % mentionnée plus haut ? Si l’on considère que seulement 8,6 % des 100 milliards de tonnes de combustibles fossiles, de minéraux, de métaux et de biomasse qui entrent dans l’économie sont réutilisés chaque année, il existe une multitude d’opportunités inexploitées pour réduire la consommation de matériaux grâce à de nombreuses approches circulaires différentes, par exemple :

  • Concevoir des produits qui utilisent moins de ressources et sont faciles à désassembler pour être réutilisés ou recyclés
  • Repenser les emballages pour en minimiser la nécessité
  • S’associer à des fournisseurs locaux pour l’approvisionnement et la production, plutôt qu’à des fournisseurs étrangers ; même si les coûts initiaux peuvent être plus élevés, ce type de stratégie peut permettre d’atténuer le fardeau économique important qui découle des perturbations de la chaîne d’approvisionnement
  • Travailler avec des fournisseurs de recyclage locaux pour obtenir les matériaux indispensables, plutôt que d’opter pour des matériaux vierges qui doivent souvent provenir de l’étranger
  • Réutiliser ou recycler les stocks excédentaires qui ne peuvent pas être vendus par des canaux traditionnels ou alternatifs, ce qui, là encore, peut constituer une excellente source de matériaux de grande valeur
  • Proposer des services de réparation et d’entretien des produits afin de les garder en service le plus longtemps possible, ce qui peut permettre de dégager de nouvelles sources de revenus avec des modèles de paiement à la réparation ou des garanties étendues
Blog Circular Economy

Comme l’indique Sarah Watt, analyste directrice principale au sein de la pratique Supply Chain de Gartner, dans son entretien accordé à Supply Chain :

« L’économie circulaire crée un écosystème de matériaux. Ce qui était auparavant considéré comme un déchet a désormais de la valeur. »

Ces solutions sont clairement mises en évidence dans le récent article de Gartner sur les 3 stratégies de la chaîne d’approvisionnement pour accélérer les résultats de l’économie circulaire :

La beauté de ces solutions ne consiste pas seulement à aider les entreprises à atteindre leurs objectifs ESG en modifiant leurs chaînes d’approvisionnement. Il s’agit plutôt d’une situation gagnant-gagnant, car la circularité peut aider à soulager les chaînes d’approvisionnement en renforçant les capacités locales qui peuvent réellement renforcer la résilience et assurer la continuité des activités.

EY avait identifié de nombreux avantages commerciaux de la circularité et des chaînes d’approvisionnement en boucle fermée, notamment : la valeur à long terme pour les parties prenantes (clients, investisseurs, communautés, partenaires, etc.), la réduction des coûts, l’augmentation des ventes et la conformité réglementaire.

Les cadres dirigeants et les responsables de la chaîne d’approvisionnement en prennent note. Une enquête Gartner menée avant même la pandémie a montré que 70 % des responsables de la chaîne d’approvisionnement prévoient d’investir dans l’économie circulaire.

TOUT REGROUPER : COMMENT LES SOLUTIONS DE TRAÇABILITÉ DE BOUT EN BOUT PEUVENT-ELLES FAVORISER LA CIRCULARITÉ ET LA RÉSILIENCE DE LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT ?

Dans un entretien accordé par l’analyste Sarah Watt à Supply Chain, si la circularité permet aux entreprises de résoudre les casse-têtes de la chaîne d’approvisionnement, il subsiste une pièce manquante du puzzle qui doit être prise en considération : le rôle de la technologie. Et d’ajouter :

« Les écosystèmes [circulaires] sont complexes et comprennent de nombreuses interdépendances et boucles de rétroaction. La technologie numérique a le potentiel de fournir une visibilité et de permettre une meilleure prise de décision en ce qui concerne les matières premières et les services. D’ores et déjà 35 % des entreprises estiment que la technologie numérique sera un catalyseur essentiel de leurs stratégies d’économie circulaire, mais très peu d’entre elles exploitent encore la technologie à cette fin. »

Mais cela ne signifie pas que le changement ne se produit pas. Les entreprises devant prouver leur conformité en matière d’ESG, elles seront tenues d’être totalement transparentes en ce qui concerne leurs chaînes d’approvisionnement.

Par exemple, le Protocole sur les gaz à effet de serre propose un cadre pour normaliser la comptabilisation des GES de sorte que les entreprises puissent mieux mesurer et gérer leurs émissions. Le passeport de batterie de la Global Battery Alliance exigera des fabricants de VE et de batteries qu’ils divulguent entièrement leurs pratiques d’approvisionnement, de production, de recyclage et d’élimination tout au long de la chaîne de valeur.

C’est là qu’intervient la technologie numérique, à savoir les solutions de traçabilité de bout en bout et la plateforme de chaîne d’approvisionnement intelligente d’OPTEL. Grâce à ces outils robustes, les entreprises peuvent obtenir une visibilité complète de leurs chaînes d’approvisionnement, non seulement pour prouver leur conformité, mais aussi pour optimiser leurs opérations sur le chemin de la circularité et maintenir des réseaux de chaînes d’approvisionnement plus résilients.

Solutions connexes